Années 50-60

Quelques instantanés

La vie du village est rythmée par la corvée d’eau. Petits et grands se rendent à la fontaine chaque jour avec seaux et arrosoirs. Le raccordement des maisons à « l’eau du Rhône » sera effectué en 1963-1964.

Les Quintenassiens travaillent majoritairement dans les usines du village ou bien dans les usines TSR des villages alentour. Certains travaillent à Annonay (SAVIEM). Les paysans sont toujours nombreux et l’agriculture n’est pas encore entièrement mécanisée.

Les distractions sont simples : promenades, parties de boules (il y a au moins 3 terrains de boules dans le village et plusieurs dans les hameaux), fanfare, chasse, fêtes locales (vogue, kermesse pour l’école privée et bal et voyage scolaire pour l’école publique), représentations théâtrales.

Le village dans les années 50-60

Quintenas compte alors entre 741 habitants (1954) et 814 habitants (1968). C’est un village encore très rural mais des industries ont vu le jour entre les deux guerres et sont à cette époque très prospères : les tissages Vincent et l’entreprise de métallurgie Grange & Denis. L’usine de moulinage du Moulin-sur-Cance est toujours en activité mais commence à péricliter, elle fermera en 1964.

Le village a gardé sa physionomie du début du siècle mais il y souffle un vent de modernité ; l’eau courante est arrivée, les voitures sont de plus en plus nombreuses, les habitations sont rénovées et des « maisons neuves » font leur apparition.

Vous pensez avoir reconnu une personne dont le nom manque, vous avez relevé une erreur ?
Merci de nous l’indiquer via le commentaire ci-dessous.

Vos photos sont les bienvenues pour enrichir la collection.

EnregistrerEnregistrer

2 Commentaires

  1. Elisabeth Fanget 24 mars 2016 à 10:23 - Répondre

    Madame Delore s’écrit avec un « e » à la fin.
    J »ai été très émue par certaines photos …
    Plein de gens que je pensais avoir oublié mais que j’ai finalement bien reconnu !
    Bravo pour votre travail !

  2. Sylvette David 24 mars 2016 à 11:24 - Répondre

    Voilà, c’est corrigé.
    Merci pour le commentaire.

Laisser un commentaire