1891 – Laïcisation de l’école communale de garçons

Au début de l’année 1891, la seule école communale connue par l’administration est l’école de garçons tenue par les frères maristes : 2 classes, 132 élèves.

Enfin, le 28 juin 1891, suite à la lettre du sous-préfet du 13 juin, le Conseil Municipal accepte à l’unanimité la laïcisation de l’école communale de garçons.

Délibérations du 20 septembre 1891 — L’enseignement laïc se substitue à l’enseignement congréganiste. Le Conseil Municipal vote les travaux d’appropriation des salles de classe et du logement destiné aux instituteurs laïcs à l’emplacement de l’école communale de garçons qui était tenue par les maristes (bibliothèque et maison paroissiale actuelles).

Dès le 12 septembre 1891, le Préfet de l’Ardèche s’adresse au ministre de l’Instruction Publique pour demander également la création d’une école publique de filles. Le 26 septembre, il émet un avis concernant cette création.

Une fois de plus le Conseil Municipal élude la question d’une école communale accueillant les filles et préfère demander la création d’une classe enfantine, également appelée asile, au sein de l’école de garçons.

Délibérations du 8 novembre 1891 — Le Conseil Municipal envisage la création d’une classe enfantine, qui pourrait être installée dans l’école publique de garçons.

1892 – Ouverture officielle de l’école primaire privée de garçons

Obligés de trouver un local pour accueillir leurs élèves qui, en presque totalité, ne veulent pas aller à l’école laïque, les frères maristes font construire un bâtiment au sud de l’église (actuelle salle paroissiale) sur un terrain donné par des paroissiens.

Délibérations du 1er avril 1892 — Le Conseil Municipal enregistre la déclaration d’ouverture d’une école primaire privée de garçons.

Délibérations du 18 septembre 1892 — Le Conseil Municipal propose des aménagements de locaux pour accueillir une classe enfantine dans l’école laïque.
Le Sous-préfet répond qu’il n’est pas prévu d’ouverture d’école maternelle pour les villes de moins de 2000 habitants.

École privée de garçons, tenue par les frères maristes, ouverte en 1892

Année scolaire 1892-1893

  • Une école privée de filles tenue par sœurs de Saint Joseph (emplacement actuel)
  • Une école privée de garçons tenue par les frères maristes (salle paroissiale actuelle)
  • Une école laïque de garçons à la place de l’ancienne école communale de garçons ; une classe enfantine en projet (bibliothèque actuelle)

1894 – Première photo de classe

Les élèves de l’école primaire privée de filles et les sœurs enseignantes posent pour la plus ancienne photo de classe connue à Quintenas (Collection famille Chaboud).

Cliquez pour accéder aux photos d’école de Quintenas et voir les noms des enfants qui ont été identifiés.

Les élèves de l'école primaire privée de filles et les sœurs enseignantes posent pour la plus ancienne photo de classe connue à Quintenas (Collection famille Chaboud). Cliquez pour accéder aux photos d'école de Quintenas et voir les noms des enfants qui ont été identifiés.

1895 – Renvoi de l’instituteur à l’école laïque

Délibérations du 17 novembre 1895 — Le Conseil Municipal constate le rejet par la population de l’instituteur, M. MONIER, et demande au Préfet son déplacement immédiat.

Délibérations du 1er décembre 1895 — Le Conseil Municipal enregistre l’installation d’un couple de nouveaux instituteurs, M. COUDEYRAS remplace M. MONIER et Madame COUDEYRAS est nommée institutrice adjointe titulaire à l’école de garçons.

Monsieur et Madame COUDEYRAS resteront à Quintenas jusqu’en 1914.

Découvrez le récit d’Auguste Rama  dans ses Souvenirs.

1899 – Projet de suppression de poste à l’école laïque

L’école laïque attire peu d’élèves (une vingtaine en moyenne) alors que les deux écoles religieuses comptent plus de 200 élèves.

Délibérations du 30 juillet 1899 — Le nombre d’élèves à l’école laïque de garçons est si faible (10 enfants) que le ministre de l’Instruction Publique demande la suppression du poste d’instituteur adjoint. Le Conseil Municipal vote la suppression du poste d’instituteur adjoint à l’école de garçons. Ce poste est tenu par Madame COUDEYRAS.

La suppression ne sera effective qu’en 1901.

Des échanges de lettres entre le Sous-préfet, l’Inspection Académique et le Conseiller Général Albert LEROY sollicitent des travaux urgents dans le logement de l’instituteur laïc qui ne comprend qu’une cuisine et une chambre pour une famille de quatre personnes. La municipalité invoque un manque de ressources.

 

Année scolaire 1899-1900

  • Une école privée de filles congréganiste (sœurs de St Joseph) : 3 classes, 100 élèves, une institutrice et deux adjointes
  • Une école privée de garçons congréganiste (frères maristes) : 2 classes, 119 élèves, un instituteur et un adjoint
  • Une école publique de garçons : 2 classes, 13 élèves, un instituteur et une institutrice
  • Une école publique de filles : 1 classe, 4 élèves, une institutrice

1899-1900 – Photos des écoles privées de filles et de garçons

Une photo de classe des jeunes enfants accueillis à l’école privée tenue par les sœurs de Saint Joseph date probablement de l’année 1899.

Cliquez pour accéder aux photos d’école de Quintenas et voir les noms des enfants qui ont été identifiés. 

Les jeunes élèves de l'école primaire privée de filles de Quintenas (Collection Sylvette David). Cliquez pour accéder aux photos d'école de Quintenas et voir les noms des enfants qui ont été identifiés.

Le 16 janvier 1900, M. Fogeron, photographe artistique à Lalouvesc, prend en photo les enfants des écoles privées de Quintenas, filles et garçons.

1900_ecole_libre_filles
1900_garcons

Cliquez pour accéder aux photos d’école de Quintenas et voir les noms des enfants qui ont été identifiés.

1901 – Suppression d’une classe et d’un poste à l’école laïque

En décembre 1900 le Conseiller Général, M. LEROY, intervient auprès du Préfet pour tenter de sauver le poste d’institutrice tenu par Mlle BREUX qui enseigne dans la classe des filles.

Cependant le nombre d’élèves fréquentant l’école publique est si faible que Mairie, Préfecture et Inspection d’Académie semblent d’accord pour la suppression pure et simple de l’école laïque de Quintenas.

Délibérations du 10 février 1901 — Le Conseil Municipal est d’avis de supprimer l’école laïque en raison du trop faible effectif : 12 garçons et 5 filles à cette date.

Cette suppression n’aura pas lieu.

Mlle BREUX part le 22 février 1901. Madame COUDEYRAS est alors nommée en tant qu’institutrice titulaire de la classe des filles.

Le poste d’institutrice adjointe à l’école de garçons disparaît le 2 mai 1901.

Année scolaire 1900-1901

  • Une école privée de filles congréganiste (sœurs de St Joseph) : 3 classes, 90 élèves, une institutrice et deux adjointes
  • Une école privée de garçons congréganiste (frères maristes) : 2 classes, 117 élèves, un instituteur et un adjoint
  • Une école publique de garçons : 15 élèves, un instituteur. Une classe a été supprimée ainsi que le poste de l’institutrice adjointe
  • Une école publique de filles : 13 élèves, une institutrice

Un événement important va marquer l’histoire de l’école en France à partir de l’année 1901 : le vote de la loi sur les associations. On décèle dans cette loi les prémices de la séparation des Églises et de l’État qui entrera en vigueur en 1905.

1901 – Réintégration des frères maristes

Les conséquences de l’application de la loi sur les associations obligent les frères maristes à faire une demande de réintégration dans leur école privée de garçons.

Délibérations du 22 décembre 1901 — Le Conseil Municipal accepte la réintégration des frères maristes dans leur école.

1902 – La Poste dans l’école publique ?

Délibérations du 9 février 1902 — Le Conseil Municipal envisage, faute de ressources pour construire un nouveau bâtiment, d’utiliser le logement de l’institutrice dont le poste a été supprimé pour installer les services de la Poste. Ces locaux sont situés au-dessus de la Mairie dans le bâtiment contigu aux classes de l’école publique.

1902 – Bras de fer consécutif à la fermeture de l’école privée de filles

L’école privée de filles a fermé le 15 juillet 1902. Au mois d’août 1902, des échanges entre l’Inspection Académique, la Préfecture et la Mairie de Quintenas montrent la tentative de l’administration de remplacer l’école de filles tenue par les sœurs de Saint Joseph par une école publique de filles.

Jusqu’au mois de novembre des pressions sont faites pour que l’école privée de filles ne rouvre pas et que ses 90 élèves soient accueillies à l’école publique dans la classe vacante de l’école de garçons. Les mises en demeure se succèdent.

Délibérations du 26 octobre 1902 — Le Conseil Municipal est d’avis de répondre favorablement à la demande d’ouverture d’un nouvel établissement en remplacement de celui qui vient d’être fermé, formulée par les religieuses de St Joseph.

La réouverture de l’école privée de filles est restée en instance au moins jusqu’à la fin du mois de novembre 1902 comme le prouve la déclaration du Maire de Quintenas en date du 29 novembre.
La Municipalité était hostile à la fermeture comme indiqué dans le document administratif récapitulatif de 1902. Une pétition de la population a été transmise à M. Combes, ministre de l’Intérieur.

Le bras de fer se poursuit avec l’émission d’un arrêté préfectoral mettant en demeure la municipalité de Quintenas de rendre le logement de l’instituteur public habitable.

Malgré ces obstacles l’école de filles semble bien avoir rouvert. Il n’y a pas de trace de la date précise de réinstallation.

1903 – Fermeture de l’école privée de garçons

Le 11 mai 1903 le Préfet informe le Maire de Quintenas du rejet de la demande d’autorisation des frères maristes. Comme l’année précédente pour les filles, l’administration demande à la municipalité d’accueillir les 113 élèves de l’école privée de garçons à l’école publique.

En décembre 1901 le Conseil Municipal avait approuvé la réintégration des frères maristes dans leur école mais l’administration décide de s’y opposer. On peut cependant supposer que l’enseignement n’a pas été interrompu, un statu quo s’installant au fil des mois. Nous n’avons à ce jour pas trouvé trace de la date effective d’autorisation des frères maristes par le ministère de l’Instruction Publique.

1904 – Suite du feuilleton sur la construction d’une école publique de filles

Malgré le très faible effectif l’administration insiste pour la construction d’une école publique de filles distincte de l’école de garçons. On peut penser que le ministère de l’Instruction Publique espère une fréquentation plus importante de l’école publique si les enfants des deux sexes sont totalement séparés.

Délibérations du 13 mars 1904 — Le Conseil Municipal prend note du refus de l’Inspection d’Académie de l’emplacement qu’il a proposé place du Pontet pour cause d’insalubrité. Il propose de céder le local de la Mairie, située dans le même bâtiment que le logement de l’instituteur public, afin de créer des classes pour les filles.

Le 7 avril, la Sous-Préfecture rappelle à l’Inspection d’Académie que le Conseil Municipal avait renoncé à installer le bureau de poste Place du Pontet tant l’emplacement est humide et malsain alors qu’il l’a proposé pour construire l’école de filles. Elle exige donc que la municipalité de Quintenas honore son engagement du 8 février 1903  de fournir le terrain nécessaire à la construction d’une école publique de filles.

1905 – La classe enfantine annexée à l’école publique est supprimée

Le Conseil départemental de l’Instruction Primaire informe le Maire de Quintenas que la classe enfantine ne recevant pas assez d’élèves doit être fermée. Elle a accueilli 8 élèves en 1902-1903, 10 élèves en 1903-1904 et 9 élèves en 1904-1905 et ne justifie pas un deuxième poste de maîtresse. Le Conseil Municipal approuve cette suppression.

La suppression semble théorique, la classe de filles et son institutrice sont maintenues ; il n’y a pas d’institutrice affectée spécifiquement à la classe enfantine. Le tableau des effectifs de 1905 nous montre que le chiffre cité (8) est le nombre total d’enfants accueillis dans l’école de filles. Les enfants de moins de 6 ans ne sont que 3 en 1905 (1 garçon et 2 filles). Il apparaît que, pendant la première décennie du XXe siècle, les décisions administratives sont souvent contournées ou ignorées, qu’elles concernent les suppressions de poste ou les fermetures d’écoles.

Année scolaire 1905-1906

  • Une école privée de filles congréganiste (sœurs de St Joseph) : 3 classes, 85 élèves, une institutrice et deux adjointes
  • Une école privée de garçons congréganiste (frères maristes) : 2 classes, 89 élèves, un instituteur et un adjoint
  • Une école publique de garçons : 1 classe, 9 élèves, un instituteur
  • Une école publique de filles : 1 classe, 8 élèves, une institutrice

1906 – Nouvelle direction de l’école privée de garçons

La rentrée 1906 marque le retour des (ex-)religieux dans leur école. Le 17 septembre, M. BRET, ancien frère mariste, déclare vouloir prendre la direction de l’école privée de garçons, succédant ainsi à M. ROYER. Il a dû quitter l’enseignement pendant la période d’exclusion des congréganistes, de 1904 à 1906, et doit fournir des pièces justificatives de sa sécularisation.

1906-1911 – Toujours pas d’école publique de filles

L’Inspecteur d’Académie, la Sous-préfecture et la municipalité de Quintenas n’ont pas réussi à se mettre d’accord sur un emplacement convenant à toutes les parties. Le projet d’école publique de filles dans des locaux séparés sera finalement abandonné.

1912 – Création d’une caisse des écoles

Délibérations de 1912 — En application de la loi du 28 mars 1882, le Conseil Municipal décide de la création d’une caisse des écoles dont bénéficient les enfants scolarisés à l’école publique ou à l’école privée.

1926 – Photos des écoles privées de filles et de garçons

Deux photographies de 1926 montrent les enfants scolarisées dans les deux écoles privées, garçons et filles.

Cliquez pour accéder aux photos d’école de Quintenas et voir les noms des enfants qui ont été identifiés.

1928-1930 – Photos de l’école privée de filles et de l’école publique

Ces deux photographies ne sont pas datées précisément. L’âge supposé des enfants indiquent qu’il s’agit probablement des années 1928 à 1930. Les enseignants sont présents sur la photo de classe : Mlle DEBEAUX à l’école privée de filles et M. et Mme PAYA à l’école publique.

Cliquez pour accéder aux photos d’école de Quintenas et voir les noms des enfants qui ont été identifiés.