1733 – Première école à Quintenas ?

Les religieuses de la communauté des Sœurs de Saint Joseph s’installent à Quintenas en 1733 (après Satillieu en 1661 et Saint-Félicien en 1703).
Cette année-là leurs représentantes, Catherine Grange et Marie Géry, achètent à Pierre Bollioud un ensemble immobilier comprenant maison, grange, jardin et écurie. Il s’agit des bâtiments aujourd’hui occupés par l’école Saint Joseph, rue des Écoles.

On peut supposer qu’elles ont commencé à prodiguer un enseignement aux filles rapidement, en plus des soins aux malades et de l’assistance auprès des pauvres.

Ecole Saint Joseph, la plus ancienne école de Quintenas - Collection Brigitte Guirronnet

1821 — Situation des écoles dans la commune

Les bilans chiffrés des services de l’enseignement pour l’année 1821 montrent qu’il n’y a qu’une école connue à Quintenas, celle tenue par les sœurs de St Joseph. Elle accueille à la fois des filles et des garçons mais en très petit nombre par rapport au nombre d’enfants en âge d’aller à l’école.

Population de la commune : 896 habitants*
Nombre d’enfants en âge d’aller à l’école : 50 garçons et 60 filles
Nombre d’enfants reçus dans les écoles existantes : 12 garçons et 12 filles
Écoles existantes : une école de filles tenue par des congrégations religieuses qui reçoit 24 à 25 enfants
Observations des services de l’enseignement : « Il serait assez à désirer qu’il s’y établît une école de garçons »
Source : Archives Départementales de l’Ardèche – Enseignement (série T)

*Ce chiffre est peut-être erroné. En effet l’année suivante, en 1822, la population est estimée à 1 047 habitants mais le nombre d’enfants en âge d’aller à l’école est identique (50 garçons et 60 filles).

1833 – Le Conseil Municipal prévoit l’ouverture d’une école communale

Il n’y a pas de mention d’un enseignement structuré destiné aux garçons avant cette date. Dans sa délibération du 19 mai 1833, le Conseil Municipal évoque la présence d’instituteurs itinérants non permanents.

Cette photo montre un ancien local ayant servi d’école avant la création de l’école communale. Il est situé au centre du village chez un particulier rue de la Voûte.
On voit encore, à gauche de la photo, la porte de bois ornée d’une croix et la fenêtre munie d’une grille. Ce local accueillant une salle de classe était pourvu d’une grande cheminée et de deux placards creusés dans les murs, avait un sol en terre battue et des volets intérieurs de bois (pas de vitres).

À gauche, local ayant servi d'école avant la création de l'école communale - Collection Sylvette David

Délibérations du 19 mai 1833 – Le Conseil Municipal demande à lever pour 1834 un impôt exceptionnel de 100 francs qui sera affecté à augmenter le traitement de l’instituteur primaire (non permanent à cette époque) ou à se procurer tout autre mode pour une bonne instruction.
Le Conseil Municipal considère que jusqu’à ce jour les maîtres d’école qui ont tenté de s’établir dans la commune ont été obligés d’y renoncer, le modique salaire qu’ils recevaient pour leurs heures ne pouvant pas suffire à leur existence, et qu’ainsi il n’y a pour toute ressource en ce moment qu’une école tenue par des sœurs dites de St Joseph, où se rendent indistinctement les filles et quelques garçons dont les parents répugnent moins que d’autres à ce genre d’instruction.

La population du village est alors de 1 057 habitants.

1833 - Délibération sur l

1834 – Création de l’école communale

La commune ne possède pas de bâtiment susceptible d’accueillir l’école. Il faut donc en louer un et procéder aux aménagements nécessaires.

La première école communale de Quintenas est implantée au nord de l’église. Ce bâtiment aujourd’hui démoli appartenait à M. Fournat de Brézenaud, Maire. Il était situé à emplacement de la maison paroissiale actuelle. On l’aperçoit sur cette carte postale ancienne, tel qu’il était en 1834.

L'église et l'école communale avant 1874 - Collection M-Th. Pinède

Le 11 mars 1834, M. LAUVIE, pressenti pour le poste d’instituteur, écrit à M. le Maire de Quintenas. Cliquez pour lire sa lettre.

Le 6 mai 1834 le Comité d’Instruction Primaire de l’arrondissement de Tournon désigne M. Jacques CHEIZE (1793-1866) cultivateur à Quintenas (La Balaye) membre du Comité de Surveillance des Écoles Primaires de la commune. Ces fonctions gratuites doivent « exciter son zèle éclairé » pour « … améliorer par l’instruction le sort des classes laborieuses.« 

Délibérations du 25 mai 1834 – Le Conseil Municipal demande une part de la somme de 1 800 F dont dispose l’arrondissement de Tournon pour les écoles afin de financer l’installation de l’école communale. La commune ne possédant pas de maison d’école, elle est obligée d’en louer une qui nécessite des réparations urgentes. N’ayant pas de maître d’école depuis longtemps, elle est forcée de faire l’acquisition de tout ce qui est indispensable pour un pareil établissement.

Les frais pour l’établissement de la maison d’école s’établissent ainsi :

  • Loyer de la maison d’école (y compris logement de l’instituteur) 100 F*
  • 4 tables à pupitre 32 F
  • 8 bancs 24 F

soit 156 F (Demande de subvention : 106 F – Commune : 50 F)

* 1 F de 1840 : ± 8,17 € – Cette dépense annuelle est équivalente à environ 50 journées de travail d’un ouvrier agricole.

Délibérations du 16 septembre 1834 – M. Jean-Pierre Augustin LAUVIE, né le 11/12/1804 à Rompon, est nommé au poste d’instituteur à l’école communale de Quintenas. Il remplit les critères requis : il a obtenu le brevet d’instruction primaire élémentaire en date du 3/9/1834 et fournit un certificat de moralité délivré par le Maire de Saint-Félicien.
Le comité de surveillance demande que son installation ait lieu le plus tôt possible, la commune étant privée depuis longtemps de toute ressource d’instruction des enfants.

1835 – Installation de l’instituteur à l’école communale

Délibérations du 31 mai 1835 – Installation et serment de fidélité au Roi des Français de M. LAUVIE à la place d’instituteur primaire.

M. LAUVIE devait prendre ses fonctions en octobre 1834, ce qui a probablement été le cas ; cependant son installation officielle n’est enregistrée qu’en mai 1835. On ne sait pas s’il était un religieux ou un laïc.

Délibérations du 8 juin 1835 – Dépenses instituteur 88 F ; logement 100 F

Effectifs des écoles de Quintenas en 1835

Garçons (école communale) Filles (école privée)
70 en hiver (50 payants et 20 gratuits),
40 en été
60 en hiver (40 payantes et 20 gratuites),
30 en été
Livres scolaires : Bible, conduite chrétienne, grammaire de David

Source : Archives de l’enseignement (série T)

1839 – Arrivée des frères maristes à l’école communale

Nous disposons d’un document très intéressant pour découvrir l’histoire des écoles du village, le rapport rédigé en avril 1886 par l’Institut des Petits Frères de Marie (maristes) sur leur établissement scolaire de Quintenas. Il relate, entre autres, les circonstances de leur installation à Quintenas.

Délibérations du 1er avril 1839 – Un nouvel instituteur est nommé, M. Joseph CHAZAL, né le 7/2/1814 à Saint-Pierreville, pour remplacer M. LAUVIE qui a quitté la commune.

Installation et serment de M. CHAZAL devant le Conseil Municipal le 1er juillet 1839.

Qui sont les élèves de l’école communale ?

Les archives de l’enseignement nous ont permis de retrouver la liste des élèves de l’école communale pendant l’année scolaire 1839-1840. On y retrouve beaucoup de noms de famille connus à Quintenas (Chirol, Ducol, Gagnère, Garonnat, Guigal, Rey, Sauzéat, Sceux, Voulouzan, etc.) et on peut même identifier certains de nos aïeux.

23 élèves de la 4ème Division apprennent à lire et à écrire, 7 élèves de la 3ème Division apprennent à lire, à écrire et les éléments de la grammaire, 10 élèves de la 2ème Division apprennent à lire, à écrire, la grammaire et les éléments du calcul, 8 élèves de la 1ère Division apprennent à lire, à écrire, la grammaire, l’arithmétique et les éléments de la géographie et de l’histoire.

Élèves de l'école communale de Quintenas 1839-1840 • Archives de l'enseignement (série T)

1840-1841 – Succession d’instituteurs

Comme indiqué dans le rapport des Petits Frères de Marie, les frères instituteurs installés à Quintenas se sont défroqués les uns après les autres. Les registres des délibérations du Conseil Municipal en gardent la trace. Cependant l’école communale ne cesse de voir augmenter le nombre d’élèves.

Délibérations du 29 mars 1840 – M. CHAZAL a démissionné, remplacé par Antoine FABREGOUL, né le 22/10/1816 à Rochecolombe.

Délibérations du 11 août 1840 – Recettes : instruction primaire 139 F ; subvention 189 F / Dépenses : Traitement instituteur 200 F ; logement 175 F
Le nombre d’élèves s’est considérablement accru ; il a fallu agrandir le local et faire des réparations à la maison d’école, en conséquence le propriétaire demande une augmentation du loyer de 55 F ce qui le porterait à 175 F.

Délibérations du 1er octobre 1841 – M. FABREGOUL démissionne, Claude FUMA, né en 1822 à Saint-Romain-Le-Désert (aujourd’hui Mars) le remplace.

Effectifs des écoles de Quintenas en 1841

Garçons (école communale) Filles (école privée)
115 en hiver (100 payants et 15 gratuits),
80 en été
96 en hiver (50 payantes et 46 gratuites),
60 en été
Instituteur : Frère Claude FUMA avec un autre frère Institutrice : Sœur Xavier
Livres scolaires : approuvés par l’Université, en quantité suffisante, ne sont pas mal choisis ou dangereux

Source : Archives de l’enseignement (série T)

1849 – Effectifs garçons et filles

Effectifs des écoles de Quintenas en 1849

Garçons (école communale) Filles (école privée)
94 (69 payants et 25 gratuits) 75 (63 payantes et 12 gratuites)
Instituteur : Régis MARMEYS
(alias Frère Lucien)
Institutrice : Catherine BERTHOULAT
(alias Sœur St André)
Appréciation : « Instituteur capable et zélé réunissant de belles mouss. ( ?). Jouissance de l’estime générale et de celle des autorités » Appréciation : « École bien dirigée, assez de zèle et de capacité, assez bon résultat. Les sœurs sont bien estimées »

Source : Archives de l’enseignement (série T)